LaTeX connexion

Rien à voir avec le caoutchouc mais cette semaine a lieu à l’enssib (Lyon, France) l’école d’été Méthodes digitales pour sciences sociales : écrire, compter, dessiner, analyser, interpréter. Mon ancien collègue Thierry Lafouge devait y présenter notre expérience de LATEX durant la rédaction de l’ouvrage Statistiques de l’intellect paru en décembre dernier. Il n’a malheureusement pu s’y rendre, je l’ai remplacé au pied levé. Avec un titre comme cahier des charges (« L’ouvrage Statistiques de l’intellect. Retour sur une expérience éditoriale avec LATEX« ), je me retrouve donc à rendre compte de cette aventure. Voilà en substance ce que j’ai raconté lors de mon intervention qui clôturait la session « Edition savante en SHS » de l’école d’été et en précédait la table ronde.

Fais tes balises !

A l’heure ou le papier et le numérique se côtoient et s’entremêlent dans le domaine de l’édition, le résultat de mon « expérience éditoriale avec LATEX » ressemble à ça :

Dossiers et fichiers LaTeX

Arborescence de dossiers et fichiers d’un projet sous LaTeX

Le résultat est également un ouvrage papier d’un peu plus de 200 pages, avec un ISBN. Mais le « côté obscur », c’est bel et bien une arborescence de dossiers dans lesquels on trouve des fichiers (tex, bien sûr, mais aussi des fichiers image par exemple). Sans entrer dans les détails, ces fichiers tex comportent eux-mêmes des balises qui vont permettre la mise en forme du contenu.

Exemple de code LaTeX

Exemple de code LaTeX

Comment en est-on arrivé là ?

Tout a commencé il y a 4 ans. Un collègue vient me voir pour me demander d’écrire avec lui un ouvrage de statistiques pour un public SHS. Moi qui viens des Sciences de l’information et de la communication (SIC), je me dis : « Bon. Pourquoi pas ? » C’est vrai que cela peut être une belle aventure. Sachant tout de même que nous sommes tous les deux un peu le jour et la nuit… Sans trop caricaturer, je peux dire que sa 1ère langue, c’est les maths. Ses spécialités sont l’infométrie, la bibliométrie, la scientométrie : un univers de nombres ; il travaille sur Mac et a un profil sénior. Il a surtout une énorme capacité de travail sur la durée et n’est pas spécialement ordonné (ou tout du moins pas comme moi je peux l’entendre).

J’ai de mon côté un parcours universitaire SIC. Sans être une littéraire pure laine -j’ai même fait un peu de biologie et de maths dans un passé lointain- l’écriture ne m’effraie pas particulièrement. Mes recherches sont consacrées aux usages de l’information numérique, donc plutôt tournées vers les humains. Je travaille sur PC et je n’aurais pas la prétention de dire que j’ai davantage qu’un profil junior. On m’a par ailleurs déjà traitée plusieurs fois de geek. Je préfère dire que je suis technophile : disons que je suis fascinée par ce que peuvent faire les ordinateurs et, n’étant pas informaticienne, justement, ce côté magique et les possibilités offertes par l’informatique me subjuguent. Quand on pense qu’il y a 50 ans à peine on était à 1000 lieues de se douter que tout ça existerait un jour sous cette forme, il y a de quoi, non ? Bref, si voir des lignes de code ne me donne pas de boutons, mes connaissances en la matière sont extrêmement limitées : j’ai fait un peu de HTML, je sais quels sont les principes des langages à balises mais ça ne va pas vraiment plus loin. J’ai une capacité de travail certes importante mais plutôt par à coups. Et, sans être maniaque, j’aime retrouver les choses donc je range, au moins dans mon ordinateur.

Tout ça pour dire que mon opposé me propose d’écrire un livre. Je réfléchis. Mais pas trop. Et surtout sans savoir où je mets les pieds. L’attrait de la nouveauté, l’intérêt du projet mêlés sans doute à un peu d’inconscience… je dis oui. C’est là qu’a commencé l’aventure LATEX pour moi.

Débuts douloureux

Écrire un petit rapport, une note ou un plan de cours avec un logiciel de traitement de texte classique, rien de plus simple. On le fait tous au quotidien. Mais partir sur un document plus conséquent, qui plus est à 4 mains, là, on entre sur un autre terrain. Le choix de LATEX avait été fait en amont par le directeur de la collection et mon co-auteur. Je n’ai donc pas eu d’autre choix que de m’y mettre. De toute façon, je n’avais pas spécialement d’avis (positif ou négatif) sur la question, j’en avais simplement entendu parler par un prof de bases de données il y a une quinzaine d’années et par des amis informaticiens.

Avant même de me mettre au travail de réflexion et de rédaction, j’ai donc commencé par me documenter pour comprendre ce qu’est LATEX, savoir quoi télécharger, sur quels sites, comment installer… Je pouvais bien sûr compter sur certains de mes collègues pour m’aider mais j’ai essayé d’être autonome. J’ai trouvé toutes sortes de supports de cours, sites, manuels consacrés à LATEX. Certains très extrêmement volumineux, d’autres pas toujours accessibles ni compréhensibles pour moi, certains autres encore présentant toutes ces qualités à la fois… J’ai téléchargé, installé, testé, soupiré, recommencé… Car il serait aussi illusoire que naïf de croire que tout marche du premier coup. Que ce soit bien clair : ça ne marche pas !

Message d'erreur LaTeX

LaTeX error

Ou plutôt si, ça marche : c’est juste vous qui ne faites pas les choses dans les règles de l’art et/ou ne donnez pas les bonnes instructions…

J’avoue, ça a été un peu laborieux, donc, jusqu’au jour où j’ai découvert LA perle : LATEX pour l’impatient. Un petit ouvrage tout bonnement GÉNIAL, je pèse mes mots, pour ceux qui débutent dans le domaine. Quel que soit le problème auquel on doit faire face, la solution se trouve dans ce manuel. Tout est expliqué pas à pas, très simplement, de manière très claire, didactique et accessible. Vous l’aurez compris, c’est rapidement devenu mon nouveau livre de chevet…

 Ça maaarche !

Une fois la petite période d’adaptation permettant de comprendre la logique, de se souvenir des balises, d’acquérir certains mécanismes basiques (comme enregistrer avant de compiler…), LATEX est IDÉAL !

Finis, les problèmes de gestion des pieds de page, de numérotation qui ne numérote pas comme elle devrait, de mise en forme des tableaux, de rendus bizarres sur lesquels on n’a pas de prise… Avec LATEX, pas de surprise désagréable. On a la main sur le code, c’est simple : on donne les instructions, c’est exécuté. S’il n’y a pas résultat ou si le rendu ne correspond pas à ce qu’on souhaite, le problème, comme on dit, se situe entre la chaise et le clavier… LATEX, lui, est carré, stable. Un autre avantage est que le document est partageable sans problème entre autres du fait du code et du faible volume des fichiers. Pratique quand on travaille à plusieurs. En outre, même si ce n’est pas forcément utile pour les chercheurs en SHS, LATEX gère parfaitement les formules mathématiques, les règles typographiques, les commentaires, la numérotation des parties autres tables des matières.

Une découverte

En me mettant à LATEX j’ai découvert un nouvel univers. En premier lieu, j’ai eu l’impression d’accéder à une communauté très active, solidaire, soudée : on trouve forcément sur le web soit la réponse à sa question déjà posée par d’autres, soit une aide quasiment en live. L’intérêt aussi est que son environnement de travail est personnalisable en fonction de son utilisation de l’outil, de ses goûts, de sa langue… par un simple ajout de « package » (petit programme fonctionnant comme un plug-in pour un navigateur).

Utiliser LATEX c’est également avoir un nouveau rapport à l’écriture : gérant le fond et la forme à la fois, on pense de manière plus structurée.

Et puis le résultat est tellement « propre » qu’on se demande pourquoi on ne l’a pas utilisé avant. Un peu comme si on passait d’un coup d’une 4L à une Rolls. Et gratuitement, en plus…

Sans compter le vrai sentiment de satisfaction que cela procure, à deux niveaux : 1- quand on voit que la compilation a réussi et 2- quand on voit le résultat en termes de mise en page.

Le contre

Bien sûr on peut toujours trouver des défauts à cet outil. C’est vrai que ça demande une gymnastique au départ, notamment pour la gestion des balises : ça oblige à repenser sa façon de produire des contenus, sa façon d’écrire. Je peux concevoir que cela pose des difficultés pour certains qui préfèrent se focaliser uniquement sur le fond et utiliser du WYSIWYG. Sauf que pour le coup, au final, avec LATEX on n’a pas à se soucier de la mise en forme qui est faite automatiquement.

Un autre problème à gérer est le transfert d’un système à l’autre, de mac à PC : sans entrer dans les détails techniques, l’encodage n’est pas le même. Ça demande quelques lignes de code au départ et c’est réglé. Mais il faut le savoir.

A propos de code, justement, pour peu qu’on ne soit pas rigoureux, cela peut rapidement devenir illisible… Un minimum de discipline s’impose, surtout si vos fichiers doivent être lus/repris/édités par d’autres.

Exemple de code mal incrémenté

Exemple de code incrémenté de manière peu rigoureuse

Si c’était à refaire ?

Vous l’aurez compris, j’ai été emballée par l’utilisation de LATEX dans le cadre de la co-écriture d’un ouvrage : cela a permis une rédaction à 4 mains et un résultat optimum malgré deux profils très différents. Nous avons travaillé en déposant notre projet sur un serveur partagé. Aujourd’hui, les nuages étant de saison, nous utiliserions peut-être des outils d’édition collaborative en ligne de type Fiduswriter. Mais le recours à LATEX s’imposerait évidemment à nouveau.


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Maïeul dit :

    Pour les problèmes de caractères le plus simple est d’utiliser systématiquement UTF-8.

    Pour l’édition collaborative, je pense qu’un outils comme git + github a pas mal d’avantage : suivi des versions, gestion de tâches à accomplir, commentaire des modifications, fusion de versions divergentes…

    • Stéphanie Pouchot dit :

      Merci pour ces conseils ! Je vais de ce pas explorer ces pistes qui, conjuguées à la lecture de votre ouvrage, me faciliteront nécessairement la vie pour une prochaine expérience LaTeX de grande ampleur.

      • Maïeul dit :

        Je suis preneur de tout retour. J’ai il y publié sur mon blog il y a un certain temps une courte introduction à git, mais je dois la compléter pour passer à la seconde phase : le partage du code source à plusieurs.

  2. Stéphanie Pouchot dit :

    Oui, effectivement : je l’ai découvert plus tardivement que « LaTeX pour l’impatient » mais c’est une excellente référence !

  3. Merci pour ce lien vers cet ouvrage « LaTeX pour l’impatient » je ne connaissais pas.
    En échange, connaissez-vous celui-ci, très bon aussi, d’autant que rédigé par un de nos collègues carnetiers ?
    >> « (Xe)LaTeX appliqué aux sciences humaines » : http://geekographie.maieul.net/Xe-LaTeX-applique-aux-sciences

    Jonathan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.