L’optimisme selon Darnton

DarntonUNIGE 07.05.15
Jeudi 7 mai, dans les bâtiments de la Faculté des Lettres de l’Université de Genève (UNIGE) a eu lieu une conférence donnée par Robert Darnton. Historien américain et auteur de nombreux ouvrages traitant de la période des Lumières, c’est en qualité de Directeur de la Bibliothèque de l’Université de Harvard que Darnton a été invité à Genève pour parler de l’avenir numérique des bibliothèques.

Sa venue a été organisée par l’UNIGE pour célébrer le lancement du Bodmer Lab, un projet Digital Humanities de numérisation d’une partie de la collection de la bibliothèque de la fondation Bodmer. Les auditeurs étaient donc avertis, bien que la forme interrogative du titre de la conférence (Livres et bibliothèques, quel avenir numérique ?) laissât plâner le doute, il n’était pas question de débattre des « risques » du numérique ni d’annoncer une énième fois la mort du livre au profit de l’information dématérialisée. Robert Darnton a choisi son camp, celui de l’action et de l’optimisme. Ce billet propose un bref compte-rendu de la conférence.

Des murs de la bibliothèque…

C’est devant un auditoire constitué en grande partie de bibliothécaires et d’académiques que Darnton a pris la parole pour une conférence orientée « grand public ». Dans un premier temps, il est revenu sur l’histoire du livre et des bibliothèques en soulignant l’évolution de l’accès à l’information, resté très longtemps le privilège d’une élite. Les murs et les piques qui protègent encore les bibliothèques d’Oxford témoignent des moyens mis en œuvre au XVIIème siècle pour protéger et limiter cet accès au savoir. Ils seront le fil rouge de sa présentation.

… à un accès mondial.

photoL’optimisme de Darnton s’est exprimé dans la deuxième partie de sa conférence avec la présentation de la Digital Public Library of America (DPLA) : grâce à Internet il est maintenant possible de rendre accessibles tous les fonds de toutes les bibliothèques à tous les citoyens. Il s’agit d’un système distribué qui lie les réseaux de façon à ce que les utilisateurs du monde entier puissent avoir un accès immédiat aux collections numérisées des bibliothèques. Après deux ans d’existence, la DPLA propose plus de 10 millions d’objets couvrant plus de 500 langues et provenant de 1500 établissements.

Rien de révolutionnaire ? Certes, le fait qu’Internet et le numérique offrent des possibilités en termes de partages et d’accès n’est pas une nouveauté ni l’idée de numériser et de relier les fonds de toutes les bibliothèques pour les rendre accessibles au monde entier et gratuitement.
Mais ce qu’il fallait retenir de cette conférence, n’était peut-être pas tant dans son contenu que dans le positionnement de Robert Darnton face au numérique. Selon lui, le numérique représente une chance pour les bibliothèques et ses usagers de démocratiser l’accès au savoir et de proposer des services innovants. Venant du directeur de l’une des bibliothèques les plus importantes au monde, cette position n’est pas anodine. La DPLA n’est pas parfaite mais a le mérite d’exister et ce, notamment grâce à l’impulsion de personnalités telles que Darnton qui ont le pouvoir de fédérer autour d’un projet et de faire évoluer les politiques institutionnelles.

Pour plus de détails sur le contenu de la conférence, consultez le billet de Martin Grandjean.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.