Veuillez patienter, nous allons donner suite à votre appel

Je m’efforce de traiter mes messages rapidement, la plupart du temps dans les 24h. Bien entendu, les réponses peuvent être envoyées soirs et week-ends compris.

Sauf qu’il semblerait que cela donne de mauvaises habitudes à certains de mes interlocuteurs (collègues, collaborateurs, étudiants, futurs étudiants ou autres) : quand je ne réagis pas dans les 30 minutes à un courriel, ça paraît à la limite du supportable pour son émetteur et il n’est pas rare que je sois relancée quelques heures à peine après le premier envoi.

Idem pour le téléphone : je ne compte plus les courriels commençant par “J’ai essayé à plusieurs reprises de vous joindre par téléphone ce matin sans succès” (comprendre “jamais là quand on a besoin d’elle, sûrement encore en train de glander” ?) ou formules du même genre teintées de reproches et de suspicion.

Si je peux comprendre qu’il y ait parfois urgence, j’apprécierais également qu’on tienne compte du contexte dans lequel j’évolue et de mes contraintes professionnelles.

Et oui, aussi incroyable que cela puisse paraître, mes fonctions font que je… ne passe pas mes journées à mon bureau devant mon écran. Et, malgré mon accointance avec le travail nomade et ma “connectivité” accrue,  il subsiste des créneaux durant lesquels je ne suis simplement pas joignable, ni par téléphone ni par courriel. Ces créneaux sont occupés par des soutenances, des jurys d’admission, des jurys de diplômes, des réunions, des séminaires de recherche. Parfois, je suis en train de me déplacer, par exemple pour des visites de stagiaires en entreprise. Il m’arrive même de donner des cours (si, si), de faire des présentations à des manifestations scientifiques, d’aller à la bibliothèque ou encore de m’isoler pour pouvoir lire tranquillement des rapports de stage, des mémoires de recherche, des articles scientifiques, etc. etc. Et pour couronner le tout, je me permets aussi de dormir et d’avoir une vie de famille…

Bref, je ne travaille ni dans une centrale nucléaire, ni dans un hôpital : le fait que je sois hors connexion et peu réactive une demi-journée ou une nuit ne devrait pas avoir de conséquences dramatiques… Voici donc un conseil de lecture qui devrait vous aider à patienter.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.