Pour une typologie du stagiaire en entreprise

Une partie de mon activité consiste à encadrer des étudiants en stage. Dans leur structure d’accueil, ils ont un ou des responsables de stage, je suis pour ma part tutrice pédagogique. Mon rôle est ici de m’assurer que les missions confiées correspondent à ce qu’on avait promis aux étudiants et à leur niveau, de représenter mon université auprès des partenaires extérieurs qui les accueillent, de régler les éventuels mal entendus et conflits (ça, c’est extrêmement rare, heureusement). Quand cela est possible (et non, les formations n’ont pas un budget extensible), je me rends sur le lieu de stage à mi-parcours pour une petite visite qui permet de faire le point. Sur le plan pédagogique, il s’agit de conseiller les étudiants sur leur méthodologie tout au long du stage et de les guider quant à la rédaction de leur rapport (plan, contenu…) et à la préparation de leur soutenance.

De mon point de vue, ce suivi est vraiment essentiel pour me tenir à jour de ce qui se passe concrètement sur le terrain. Je suis parfois surprise, dans le bon comme dans le mauvais sens du terme, des pratiques en entreprise en matière de gestion documentaire, de veille, de réseaux sociaux… Mais, dans tous les cas, c’est intéressant et instructif. Côté accompagnement, je prends le temps de me rendre disponible pour les étudiants qui ont besoin d’échanges, de conseils et d’un regard extérieur sur leur travail. Le stage de fin d’études est une étape importante (la concrétisation de leur formation professionnelle), qui leur permet souvent de faire leurs premiers pas sur le marché du travail.

Chaque année, quels que soient le type de structure, le type de mission et le mode de management, j’ai pu observer différents profils de stagiaires (ok, j’admets, c’est un peu taillé à la hache mais pas tant que ça) :

  • les indépendantistes : je ne donne de nouvelles qu’au compte-gouttes et encore, contraint/e et forcé/e parce qu’on m’en demande, je préfère me débrouiller tout/e seul/e quitte à me planter ;
  • les autonomes : j’ai pris ma mission en main, je rends compte régulièrement de mon travail à ma tutrice mais ne la sollicite que très rarement car j’assume mes choix ;
  • les scolaires : je demande régulièrement son avis à ma tutrice sur les différents aspects de ma mission, j’ai des échanges avec elle par courriel chaque semaine sans lesquels j’aurais du mal à avancer sereinement ;
  • les flippés : je ne sais pas comment m’organiser ni si ce que je fais est valable, j’ai beaucoup de mal à prendre des décisions sans l’aval de ma tutrice avec laquelle je communique chaque semaine par téléphone et/ou par courriel car j’ai vraiment besoin d’être rassuré/e et encouragé/e.

Honnêtement, surtout à niveau bac+5, j’avoue que ça me plairait assez que les profils se recentrent sur des autonomes à légère tendance scolaire. Au lieu de ça, j’ai l’impression que la mode est plutôt aux scolaires flippés, ces derniers temps. Je ne sais pas si ça vient d’eux, de nous, du contexte ou de tout à la fois mais c’est parfois, comment dire ?, “un peu” lourd à gérer et surtout décevant…

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.