Le futur à présent

Intitulé, non sans provocation, Not your Mother’s Library, un article publié récemment revient sur une enquête menée par la Columbus Metropolitan Library (Ohio) en 2011. La bibliothèque a demandé à ses followers via les réseaux sociaux Twitter et Facebook de leur envoyer :

  • cinq mots décrivant la bibliothèque de leur jeunesse
  • cinq mots décrivant la bibliothèque dans vingt ans

Les résultats sont présentés sous forme de nuages de tags. Dans le premier, on retrouve sans grande surprise une représentation de la bibliothèque du passé un brin stéréotypée : un espace consacré au travail et à la lecture, beaucoup de livres et du silence. Le mot ayant obtenu le plus d’occurrences est “Books”.

Youth

La biblitohqèque de leur enfance

Le second nuage de tags correspond aux résultats de la deuxième question, c’est-à-dire la représentation que se font les utilisateurs de la bibliothèque dans 20 ans. On observe une plus grande diversité de mots et, surtout,  communauté et technologie ont été cités plus de fois que livres.

Futur

La bibliothèque dans 20 ans selon la vision des lecteurs

(source : http://m.theatlantic.com/national/archive/2014/10/not-your-mothers-library/381119/ )

La Columbus Metropolitan Library…

Cette projection dans le futur par les lecteurs ne relève pas de la science-fiction mais s’inscrit dans la continuité de ce qui s’observe actuellement sur le terrain, comme l’a constaté l’auteur de l’article suite à sa rencontre avec Patrick Losinsky, directeur de la bibliothèque.

Son premier constat, le bâtiment a récemment été rénové et complètement réaménagé dans le but d’offrir les meilleures conditions à ses lecteurs : espaces, lumière et places de travail. La ville soutient la bibliothèque et les services qu’elle offre à la population. Il faut dire que les statistiques pour l’année 2013 sont impressionnantes : 800’000 lecteurs, 6.5 millions de visiteurs physiques et 6,9 millions sur le Web. En termes de collections, 15 millions de livres sont en circulation et presque 800’000 ebooks accessibles en ligne.

Mais les objectifs et le travail de la bibliothèque ne se résument pas à ces seuls chiffres. Si depuis 5 ans l’achat de livres aux Etats-Unis a diminué de 32% , la bibliothèque propose aujourd’hui un accès libre et gratuit aux outils informatiques et aux technologies d’information-communication. L’offre numérique se développe et, pour P. Losinsky, l’accès à ce type de ressources est primordial. Il y voit également une opportunité pour les bibliothécaires de s’investir autrement pour la communauté. Le temps économisé sur la gestion de la collection, le prêt et les autres tâches traditionnelles leur permet d’être en contact direct avec les lecteurs et de leur proposer un service plus personnalisé. La bibliothèque s’investit ainsi fortement dans la vie locale et l’éducation des enfants.

…une bibliothèque de rêve ?

Du personnel qualifié, un bâtiment historique et fonctionnel, une collection de livres physiques et numériques, des services innovants centrés sur les usagers : la lecture de cet article fera sans doute rêver certains bibliothécaires : la Colombus Metropolitan Library comme nouveau symbole de l’american dream ! Pour autant, et sans chercher à confronter deux cultures bien distinctes, certaines pratiques de cette bibliothèque feraient également cauchemarder bon nombre de professionnels et usagers des bibliothèques helvétiques. Quelques exemples :

  • Le partenariat public-privé et un contrat d’exclusivité avec Microsoft pour l’équipement informatique de la bibliothèque
  • un directeur ou plutôt un CEO (chief executive officer) qui gère la bibliothèque comme une entreprise et préfère le terme de client à celui d’usager
  • L’emploi de clients mystères pour “évaluer” le personnel
  • Une bibliothèque ouverte à tous mais avec un service de sécurité dans les rayons.

En laissant de côté les choix stratégiques, le contexte politique et les différences culturelles, l’enquête menée par la Columbus Metropolitan Library révèle une tendance générale : les bibliothèques évoluent avec leur temps. Est-ce que c’était mieux avant ? Là n’est pas la question. Aujourd’hui, le défi pour les bibliothèques de lecture publique est plutôt de comprendre et d’anticiper ces évolutions pour répondre aux nouvelles attentes de leurs lecteurs.

Les américains ne sont pas les seuls a agir dans ce sens. L’intérêt que suscite le projet de recherche Calliopê.ch auprès des bibliothèques participantes et de ses usagers indique que ces préoccupations ne sont pas isolées. Bien que celui-ci concerne les bibliothèques universitaires, les mots access, technology et ebooks qui apparaissent dans le deuxième nuage de tag indiquent que le besoin des usagers en termes de ressources numérique est présent.

Autre exemple, les bibliothèques municipales de Genève viennent de créer un nouvel espace entièrement dédié aux nouvelles technologies. Ordinateurs, tablettes, connexion internet et, bien sûr,  ressources numériques sont proposés aux lecteurs. Actuellement en travaux de rénovation, la Bibliothèque de la Cité, propose ainsi d’expérimenter tous ces outils et organise des rencontres et débats dans son laboratoire qui fera l’objet d’un billet de blog prochainement.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.