La lecture (perso) ne viendra jamais

Au cas où j’aurais eu peur de m’ennuyer ce week-end, me voilà avec 5 rapports de stage de master pro (60 à 80 pages) et un mémoire de master recherche (90 pages), fraîchement reçus ce matin et à lire pour lundi.

Malheureusement, les affaires courantes ne stoppent pas net pour autant afin de me permettre de me consacrer pleinement à ces lectures de manière efficace et sereine : au bureau, le téléphone continue à sonner, les collègues et les étudiants continuent à passer me voir, les mails urgentissimes affluent toujours. Sans compter, en cette période de fin d’année universitaire, les tâches habituelles de gestion des notes, des emplois du temps pour l’an prochain, les réunions, les dossiers de vacataires à mettre en paiement, les admissions à gérer. Et je ne parle pas des articles à boucler, des reviews à envoyer, des séminaires de recherche auxquels participer, etc. etc. Il faut donc se rendre à l’évidence : les jurys et relecteurs prennent bien souvent sur leur temps libre pour lire et annoter correctement ces travaux, dont l’enjeu est de taille pour les étudiants, la note de stage ou de mémoire ayant un poids important dans leur cursus. Chers étudiants, sachez donc que vous nous accompagnez chez nous, le soir et le week-end !

Bref, ce n’est encore pas ces prochains jours que je vais pouvoir finir le roman policier dans lequel j’ai eu l’outrecuidance de me plonger il y a quelques semaines pensant que j’en arriverais au bout rapidement…


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Stéphanie Pouchot dit :

    Ah ben puisqu’on en parle : SciencesHumaines.com sort justement un dossier spécial “ Peut-on ralentir le temps ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.