Retour sur le projet Calliopê.ch

Comme annoncé dans un précédent post, je vais revenir à travers plusieurs billets sur le projet de recherche Calliopê.ch auquel j’ai la chance de participer en tant qu’assistant. Pour ce projet, je travaille au sein d’une équipe menée par Stéphanie, donc, et composée d’un autre chercheur (Benoît Epron, directeur de la recherche à l’enssib) ainsi que, en renfort ponctuel, de deux autres assistants à la HEG Genève (Aurélie Vieux et Jean-David Sandoz).

Calliopê

Calliopê

Avant de présenter brièvement  le projet, son contexte et ses objectifs, voici quelques mots sur son nom et son origine. Première précision, l’extension .ch  ne renvoie pas à un site web mais fait référence au fait qu’il s’agit du volet suisse-romand d’un projet initié à Lyon en 2011. Et Calliopê ? Pourquoi remonter jusqu’à la mythologie grecque pour nommer un projet de recherche portant sur les usages des dispositifs de lecture numérique (tablettes, liseuses, smartphones) en bibliothèque ? Calliopê, ou « belle voix » en grec ancien, est en effet le nom de la muse de la grande éloquence qui est souvent représentée sous les traits d’une jeune fille tenant… un stylet et une tablette. De l’argile à l’écran tactile il n’y a qu’un doigt ! En prêtant son nom au projet de recherche, Calliopê, muse parmi les muses et éternelle séductrice, nous adresse un dernier clin d’œil anachronique.

CalliopeNoPhone3

Dans la salle de lecture de la Bibliothèque

Avec l’avènement du numérique et le développement des technologies de l’information et de la communication (TIC), les ressources électroniques ont intégré l’offre des bibliothèques et induit de nouvelles pratiques. L’information est dématérialisée et ses modes d’accès ainsi que les supports de lecture sont multiples : ordinateur, tablette, smartphone ou liseuse. Dans cet environnement numérique, le projet de recherche Calliopê vise à appréhender comment les usagers d’une bibliothèque spécialisée perçoivent une offre numérique et dans quelle mesure ils s’approprient les contenus et les terminaux de lecture mobiles.

Débuté en janvier 2014 pour une durée de 18 mois, la collecte de données est organisée en deux temps. Entre  mars et avril, un premier volet qualitatif a été lancé avec l’expérimentation de prêt de dispositifs numériques de lecture. L’expérience s’est déroulée sur deux sites de la Bibliothèque de l’UNIGE, Uni CMU et Uni Arve. Un volet quantitatif, destiné à mieux connaître le public a été lancé en juin avec une enquête sur le niveau d’équipement et les usages des TIC des usagers de la Bibliothèque de l’UNIGE.

Dans de prochains billets, je reviendrai sur le déroulement de l’expérience ainsi que sur les résultats préliminaires. Restez connectés !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.