Barbra Streisand et les trolls

Le Bachelor en information documentaire de la HEG propose aux étudiants de 3e année des séminaires « à choix ». Le principe est à mon avis intéressant et motivant pour tout le monde, étudiants et enseignants : un ensemble de séances one shot de 2h par des intervenants différents qui donnent une vision d’ensemble sur une thématique mais avec plusieurs points de vue et angles d’attaque. L’un de ces séminaires est consacré au Web. Vaste sujet, certes. Dans ce cadre, sont traitées cette année des questions aussi variées que le web de données, les médias sociaux dans le domaine biomédical, les addictions, etc.

Et Barbra dans tout ça ?

J’ai animé ce matin la séance sur les dangers et dérives du Web. Une demi-matinée c’est évidemment très bref mais nous avons pu échanger sur la thématique et aborder des sujets tels que l’identité numérique, bien sûr, la désinformation, l’effet Streisand, les trolls, la cybercriminalité… L’objectif était de pointer du doigt le rôle que les spécialistes ID peuvent jouer dans l’éducation aux médias, notamment internet, et dans la prévention de ces dangers.

"Stop webcam child sex tourism", affiche de présentation de l'initiative de Terre des Hommes présentant le visage de Sweetie, fillette virtuelle créée pour piéger les cyberpédophiles

Sweetie : « Stop webcam child sex tourism » 

Deux vidéos ont permis de lancer et alimenter les discussions : Sweetie (ou comment une ONG a créé une fillette virtuelle pour piéger les cyberpédophiles) et « Si c’est gratuit, vous êtes le produit« .

Et de terminer sur une note (plus ou moins) verte : en termes de dangerosité du Web, on a souvent tendance à oublier les questions… environnementales. L’impact écologique des services web et des data centers est indéniable, même si Google ou Facebook investissent dans les énergies propres. Selon les sources (principaux intéressés vs. études scientifiques), deux recherches sur le web ou un tweet génèrent entre 0.2 et 7 grammes de CO2. Chaque jour, en moyenne depuis la création de Twitter, ce sont 50 millions de tweets qui sont diffusés, l’équivalent d’une tonne de CO2. Pour mémoire, un aller-retour en avion Genève-Londres représente 0.376 tonnes de CO2 par passager…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.