J’évalue donc je suis

Evaluer v.t. (lat. valere, valoir). Déterminer la valeur, le prix, l’importance de.” (Le Petit Larousse Illustré).

Un maître de conférences, ça évalue. Souvent. Beaucoup. Trop ? Mais ça évalue quoi/qui donc ?

En ce qui me concerne, j’évalue, bien sûr, “mes” étudiants. Ou plutôt, ce qu’ils ont retenu des cours que j’ai dispensés ou modules que j’ai coordonnés. C’est toujours difficile, de produire un sujet dont on est sûr qu’il collera au contenu des enseignements et qu’il permettra bien aux étudiants de montrer quelles sont les connaissances et compétences acquises. Note pour les newbies : pour les examens écrits, c’est également une question de survie, quand on a des promos volumineuses, de proposer des sujets ne nécessitant pas 10h de correction par copie… Ca, ça vient avec l’expérience.

J’évalue les étudiants des autres. Cette année, pour la première fois, on m’a demandé de faire partie d’un comité d’évaluation de demandes de bourses doctorales du FRQSC. Je viens de finir d’éplucher et de noter selon des critères scientifiques et académiques très précis une vingtaine de demandes d’une dizaine de pages chacune. Si ça ne tenait qu’à moi, je donnerais une bourse à chacun des postulants… Mais visiblement, il faut un classement. Soit.

J’évalue des candidats aux concours. En l’occurence, j’ai testé l’an dernier le jury de CAPES documentation. Expérience très intéressante mais une surcharge de boulot pas vraiment compatible avec mes impératifs habituels (des milliers de copies à corriger en 1 semaine ; comment ça j’exagère ?… bon peut-être un peu). Autre type de concours, celui permettant d’accéder aux fonctions de maître de conférences. Dans ce cas, j’évalue mes (futurs) collègues. Ceux qui souhaitent entrer dans le ‘clan’ 71 (cela peut être utile, j’expliquerai dans un autre billet, un jour, comment on devient maître de conférences en France) ou ceux déjà dans la place mais qui souhaitent en changer (de place). En d’autres termes, chaque année je suis membre de comités de sélection.

J’évalue des dossiers de candidature. Je fais partie de jurys d’admission en licence, master, école d’ingénieurs. Je passe donc tous les ans en revue des dizaines de lettres de motivation qui m’expliquent que mon université est “parmi les plus réputées”, que les “formations dispensées sont de haute qualité” et qui me remercient de “l’attention portée à cette demande”. J’examine de manière détaillée les pièces dudit dossier : relevés de notes, copies de diplômes, lettres de recommandation et, bien sûr, projet professionnel ou de recherche. Puis je fais passer les entretiens qui vont avec.

J’évalue des articles, soit la qualité des travaux de recherche de personnes qui ont les mêmes intérêts professionnels que moi. La visibilité des travaux des chercheurs passe en effet notamment par la publication d’articles et la participation à des conférences. Quand il écrit et souhaite être publié, un chercheur soumet sa production à des comités scientifiques, dont je peux faire partie.

J’évalue mes enseignements. Ou, du moins, je mets en place, analyse et tiens compte des évaluations de mes enseignements par les étudiants. Heureusement, de ce côté-là, ma fac propose un solide accompagnement.

Tout ça pour dire que, mis à part dans le dernier cas, je crois qu’il m’arrive d’être je suis souvent mal à l’aise avec cette machinerie : qui suis-je, donc, pour “déterminer la valeur” des connaissances d’étudiants, du projet de jeunes chercheurs, de la compétence de collègues, de la candidature de jeunes postulants ou des recherches de scientifiques parfois plus expérimentés que moi ?…

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.