Dommage colatéral

Depuis ma nouvelle prise de fonctions le 1er septembre dernier, je continuais de consulter mon ancienne messagerie pro tout en ayant pris soin d’activer un message d’absence de “je n’habite plus à l’adresse indiquée”. C’était histoire de faire la transition en douceur et de ré-aiguiller éventuellement les messages importants vers les personnes adéquates ayant hérité de mes responsabilités administrativo-pédagogico-scientifiques.

Mais ça c’était avant.

C’était avant que je ne découvre malencontreusement, en tentant de me connecter au webmail, que mon ancien établissement supprimait les comptes de ses ex-collaborateurs au bout de trois mois. Chouette… J’avais bien sûr fait une sauvegarde avant de partir, en août, mais pas depuis. Comme je suis en détachement (soit toujours maître de conférences à l’Université Lyon 1 dispensée de ses obligations de service), je ne m’attendais pas à ce genre de surprise. Donc on me garde ma place, on m’autorise à aller voir ailleurs, je peux continuer de cotiser pour la retraite et, si je rentre, je réintègre mon poste. Mais en fait je n’existe plus vraiment pendant ces 3 ans. Bref, je peux comprendre que pour des raisons de serveurs et de gestion de l’espace on me vire de la liste des employés mais j’aurais juste aimé être prévenue, histoire de prendre les devants et d’éviter de perdre des données…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.