J’assiste donc je tweete

J’ai récemment participé à la 3e Biennale du numérique à l’enssib, consacrée cette année aux métiers du livre face au numérique. Le pad proposé par les organisateurs a eu un succès mitigé : beaucoup de connectés anonymes, prise de notes assez peu assidue (note : tiens, je découvre d’ailleurs qu’il a été vidé de son contenu : les notes seront visiblement retravaillées et diffusées “prochainement”).
biennum2Les participants (env. 200 inscrits) se sont plutôt concentrés sur Twitter où de nombreux messages ont été postés tout au long de la manifestation : retranscriptions de propos de conférenciers, commentaires, échanges, liens… A la fin de la première journée, le hashtag #biennum a même pris place dans les twitter trends de la région lyonnaise.

Mais finalement, tout ça pour quoi ? Un étudiant du Master IS avait déjà posé la question il y a plusieurs mois dans un billet de blog que j’avais commenté en tentant d’apporter quelques éléments de réponse. Et au fond, qui sont ces twittos accro au live-tweet ? Christian Marcon, enseignant chercheur à l’IAE de Poitiers propose un essai de typologie du “live-tweeteur” : l’altruiste souhaitant partager des informations importantes, le participant qui s’ennuie, celui qui veut “montrer qu’il y était” et celui qui juge en direct. Un petit panorama à découvrir et commenter sur son blog.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.