L’auto-archivage, ce sacerdoce

Comme beaucoup de chercheurs et de bibliothécaires, je suis convaincue de l’intérêt, de la nécessité et des avantages des archives ouvertes. L’auto-archivage fait partie de la dynamique et j’ai pris l’habitude depuis une dizaine d’années de déposer sur HAL les références et, si possible, le texte intégral de mes publications. Dans un monde académique idéal, il faudrait le faire régulièrement, au moment de la parution de chaque article, chapitre, ouvrage… Dans les faits, bien entendu, je le fais quand j’y pense et que je trouve le temps, avec, dans le meilleur des cas, plusieurs mois de retard.

C’est alors, qu’ayant quatre publis récentes à ajouter à ma liste, je décidai, pleine de bonne volonté, de me connecter et me mettre à l’ouvrage. Naïvement, je m’imaginai que traiter un rapport de recherche, deux articles dans des revues internationales avec comité de lecture et un chapitre d’ouvrage serait une formalité vite expédiée…

Sacerdoce : P. anal. Fonction qui revêt un caractère quasi-religieux par la vertu et le dévouement qu’elle exige. Synon. vocation. (source CNRTL)

Vérification des droits, saisie des métadonnées, création des co-auteurs non encore dans la base, ajout des affiliations… Finalement, il m’aura tout de même fallu une heure pour faire ce dépôt.

HALdepotEt l’aventure ne s’est pas arrêtée là. Si l’article dans une revue ouverte et la notice du chapitre d’ouvrage n’ont pas posé de problème, le rapport de recherche et l’article dans une revue commerciale ne sont pas passés. Modifications à apporter pour l’un (j’avais mal lu les restrictions de l’éditeur), refus pour l’autre, qui « ne correspond(ait) pas aux critères de HAL »…

Comme recommandé, j’ai donc modifié le premier et déposé le second sur @rchiveSIC, archive ouverte dédiée aux sciences de l’information et de la communication qui est en quelque sorte un sous-réservoir de HAL. Mais j’avoue avoir un peu de mal à comprendre pourquoi devoir le redéposer dans le même réservoir via un autre portail (les données HAL et @rchiveSIC sont toutes rattachées à mon unique compte CCSD que j’utilise pour ces deux bases).

Bref, pour le premier, fin de la chaîne de traitement. Victoire ! Pour le second, encore une réponse négative : je dois changer la catégorie du document.

Finalement, au bout d’une semaine, taux de réussite : 75%. Je suis pourtant familière de HAL et des bases de données. On peut, du coup, se demander dans quelle mesure la lourdeur du processus ne constitue pas un frein en soi à l’appropriation et l’utilisation des archives ouvertes par certains chercheurs…

 


Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. eglantine dit :

    j’ai vécu la mm expérience avec le « dépôt national de l’open access », HAL.
    pour moi votre conclusion est un fait : la « lourdeur » de HAL actuelle pour le dépot est un frein à l’open acess. La situation est étonnante : d’un coté un état qui souhaite rendre en libre acces la recherche publique et de l’autre un outil d’archivage, HAL, qui implique, à une « Professeure en information documentaire », une heure de temps pour référencer/déposer 4 documents : nous apercevons à peine ce « monde académique idéal » auquel vous faites référence. Pour aller dans cette voie il nous faut, et c’est qui m’a attiré dans votre post, questionner cet outil.

    • Stéphanie Pouchot dit :

      Bonjour,
      Je vous remercie pour votre commentaire et ce témoignage. L’outil me paraît tout à fait remplir ses fonctions et a une très bonne visibilité. Le questionnement est peut-être à envisager du côté des procédures de dépôt et de l’expérience utilisateur. Je ne doute pas que le CCSD sera à l’écoute de ces remarques pour les prochaines évolutions. C’est dans l’intérêt de toutes les parties…

  2. A. Magron dit :

    Juste pour compléter ma réponse, @rchiveSIC est une archive ouverte dédiée aux sciences de l’information et de la communication et qui utilise HAL. Elle est entièrement gérée, vérification des dépôts comprise, par des enseignants-chercheurs de cette discipline.

  3. A. Magron dit :

    Bonjour,
    La procédure de dépôt est souvent ressentie par ceux qui déposent ponctuellement comme longue et fastidieuse. Il faut à chaque fois se refamiliariser avec des formulaires. Cela est dû aussi en partie à la méconnaissance des nombreuses fonctionnalités proposées pour faciliter justement le dépôt : récupération des métadonnées à partir du fichier pdf, récupération des métadonnées à partir d’un DOI, ajout des auteurs d’une même structure de recherche, associer tous les auteurs à la même affiliation, etc. La documentation en ligne a été conçue pour permettre à chacun de les explorer et les utiliser (https://hal.archives-ouvertes.fr/section/deposer).

    De plus les fonctionnalités proposées, telles l’export de listes de publication, le CV en ligne, ou les collections par exemple sont des fonctionnalités d’exploitation de vos dépôts et de valorisation de vos travaux d’autant plus intéressantes à utiliser que les métadonnées sont riches et de qualité. Et c’est pourquoi nous accordons une importance particulière à celles-ci.

    En espérant que votre récente expérience ne vous découragera pas pour faire de nombreux autres dépôts. Le service qui vérifie les dépôts avant leur mise en ligne est aussi là pour accompagner les déposants.

    Cordialement.

    • Stéphanie Pouchot dit :

      Bonjour,
      Merci pour votre commentaire. Je ne suis pas certaine que la méconnaissance des fonctionnalités soit vraiment la cause du problème : au fur et à mesure des dépôts, on (les déposants) découvre, on comprend mieux. Et l’aide en ligne est effectivement tout à fait claire. Côté technique, donc, pas grand chose à redire.
      C’est lorsqu’on passe à la fameuse « expérience utilisateur » que ça coince. Je n’aurais pas mieux exprimé cela que Nicolas Alarcon dans son dernier billet : « Alors qu’on pensait avoir tout entré correctement, on se voit notifier un refus de dépôt ou des demandes de modifications, plus ou moins compréhensibles, via un système de notification/réponse assez froid. […] ça porte un coup au moral et peut faire douter même les plus enthousiastes. » Personnellement, il en faut plus pour me décourager mais je peux comprendre que certains jettent l’éponge après une expérience de ce genre. Je rejoins également son avis au sujet de la validation locale, qui soutiendrait l’ensemble du processus, du dépôt à l’utilisation.
      Bien à vous

  1. 01/09/2015

    […] y a quelques jours, Stéphanie Pouchot déplorait sur son blog le côté sacerdotal du dépôt de document dans l’archive ouverte HAL (processus plus long que prévu, soumis à validation pas […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *