I wish my… students knew

Vous avez sans doute entendu parler de ces témoignages d’enfants d’une école élémentaire de Denver recueillis par leur maîtresse, Kyle Schwartz. La consigne : compléter la phrase « I wish my teacher knew… » par leurs soucis, leurs doutes, leurs préoccupations du quotidien. iwishIl faut dire que sur 10 de ses élèves, 9 vivent en dessous du seuil de pauvreté. Griffonnées sur des Post-it et autres menus bouts de papier, ces émouvantes petites notes ont eu tôt fait de faire le buzz en avril dernier, relayées sur Twitter, sites de médias et blogs en tout genre. L’idée a bien sûr été reprise par d’autres enseignant-e-s à travers le monde.

La rentrée des étudiants derrière nous depuis quelques semaines, j’ai à mon tour envie de m’y coller et de profiter de ce blog pour faire passer quelques messages à « mes » étudiants au sujet de ce qui motive tous les jours ma vie professionnelle et ce à quoi je suis sensible au travail.

Je n’ai pas de Post-it sous la main mais j’aimerais que mes étudiants sachent tout d’abord que j’aime profondément mon métier. Enfin, surtout les facettes enseignement et recherche : j’avoue, je suis tout de même beaucoup beaucoup moins fan des aspects administratifs et de toutes les responsabilités qui vont avec (ou l’inverse). Quoi qu’il en soit, le fait de travailler dans l’enseignement supérieur est tous les jours pour moi la garantie d’une certaine liberté, d’un cadre stimulant intellectuellement et l’assurance de journées qui se suivent sans se ressembler. [Attention, sujet sensible] En passant, je me dois de faire tomber un mythe : non, mon boulot ne consiste pas uniquement à donner des cours 6 mois par an  iwishmy et, le reste du temps, à somnoler quelques heures par semaine devant mon ordinateur… J’en avais déjà parlé plusieurs fois , et .

Je voudrais aussi qu’ils sachent que je base mes relations enseignant/étudiant sur certaines valeurs, notamment le respect et l’écoute. Et pour moi, pour que la situation soit saine, ces valeurs doivent être partagées. J’en profite d’ailleurs pour préciser que oui, nous, côté prof, lisons les évaluations faites par les étudiants et, non, nous n’y sommes pas indifférents. Juste pour poser le contexte : sans en arriver à la nécessité d’une cellule de soutien psychologique aux profs avant et après la lecture de ces fameux retours, la HES-SO a tout de même mis sur pied une formation intitulée « Survivre à mon évaluation par les étudiant-e-s« … Pour ma part, je décortique tout. Les remarques argumentées sont tout à fait intéressantes et m’aident, je crois, à m’améliorer. Mais force est de constater que toutes les appréciations ne sont pas exploitables et utiles, loin de là. Certains commentaires sont agressifs, parfois injustifiés, voire violents et insultants, quand d’autres sont contradictoires. Il semblerait d’ailleurs que la plupart des étudiants qui prennent le temps de compléter les champs « Commentaires » des évaluations soient les personnes les plus amères remontées mécontentes. Bref, si je trouve tout à fait normal de recueillir l’avis des étudiants sur les enseignements, je m’attends simplement à recevoir des remarques d’adultes, constructives, formulées de manière polie et respectueuse (en gros, principe de base : ne rien écrire qu’on ne dirait pas en face…). Heureusement, il arrive que des personnes ayant apprécié notre boulot le disent, ce qui, vu la rareté de la chose, fait doublement plaisir.

J’aimerais aussi que mes étudiants sachent que j’admire ceux d’entre eux qui décident de reprendre les études après une interruption plus ou moins longue de leur cursus. Se remettre à suivre des cours, à bûcher, à s’astreindre à des travaux étudiants est une aventure qui en vaut la peine mais qui demande une grande motivation et souvent des sacrifices importants. Vraiment, bravo. Et si j’ai de l’admiration, j’éprouve parfois aussi… de l’envie ! Veinards ! Ça n’a clairement pas que de mauvais côtés, d’être étudiant : découvrir, connaître, comprendre, (re)construire son avenir professionnel… Sans compter les rencontres, la dynamique de groupe et tous les à côtés. Evidemment, tout n’est pas toujours rose, notamment pour la gestion des travaux de groupe et la charge de travail parfois mal répartie entre les étudiants et les semestres. Mais j’ai adoré être étudiante et, franchement, je n’aurais rien contre l’idée de l’être à nouveau…

Enfin, et je pense que les étudiants le savent, ma porte leur est toujours ouverte. Mon objectif est de les accompagner jusqu’à ce qu’ils obtiennent leur diplôme et qu’ils trouvent un travail qui leur correspond. Enfin… ceux qui sont vraiment en posture d’apprentissage et qui ont vraiment envie : pas les nuisibles chronophages qui sont là en terrain conquis, critiquent négativement par principe, dépensent une énergie folle à chercher les failles du système et passent leur temps à contester leurs notes et/ou pleurnicher pour un dixième de point. En tout cas, ce que je trouve stimulant est de savoir que je peux jouer un rôle, même minime, dans leur cursus, leurs choix d’orientation et, finalement, avoir une influence sur leur vie professionnelle.

Ce billet aura peut-être une suite mais voilà ce qui me vient pour le moment. Reste à relever ses manches pour ce semestre et les suivants…


2 réponses

  1. martine dit :

    merci pour ce joli et néanmoins clair billet d’humeur! des becs

  2. Hélène dit :

    Merci pour ce beau #jeudiconfession dans lequel je me suis tout à fait retrouvée. J’espère qu’il aura une suite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *