A pile et face

L’une des activités auxquelles se prêtent par définition les chercheurs, enseignants ou non, est la participation à des manifestations scientifiques. Cela fait partie du volet « dissémination des résultats de la recherche » de notre travail. Bien que les critères de nos chères instances d’évaluation ne valorisent guère les communications de ce type (au détriment de publications dans des revues) et bien que les labos (SHS tout du moins), du coup, puissent de moins en moins se permettre de financer les déplacements de leurs membres à ces sympathiques sauteries scientifiques, il est essentiel de continuer à trouver les moyens de participer à ces colloques, journées d’études, séminaires, workshops, conférences…

En effet, côté face, ce type de manifestations est l’occasion de communiquer sur ses travaux, de faire de la veille sur les travaux des autres, de se tenir informé de ce qu’il se fait de récent dans son domaine. Participer deux jours à un colloque peut parfois s’avérer aussi bénéfique que de faire des recherches biblio et lire des articles pendant deux semaines. C’est bien entendu le lieu privilégié pour d’échanger IRL, rencontrer d’autres chercheurs, retrouver de vieux copains de doctorat, réseauter. Se faire connaître et connaître pour avancer, pourrait-on résumer.

Côté pile, ça demande de l’organisation, de la planification et des ressources (humaines, financières, techniques, logistiques). J’ai la chance de faire partie du comité scientifique du colloque international sur l’architecture de l’information qui aura lieu en novembre 2012 à Lyon. Une fois le thème du colloque précisément défini et le pitch rédigé, il s’agit actuellement pour les membres de ce comité de construire un programme cohérent, de contacter les intervenant(e)s pressenti(e)s en essayant d’être convaincant(e), de trouver des solutions en cas de refus ou d’impossibilité. Il s’agit également de faire des choix concernant des aspects nettement moins scientifiques mais néanmoins importants comme la forme du site web, les horaires et la durée des pauses, le montant des frais d’inscription ou encore la formule pour les repas. Tout cela étant géré avec une double contrainte de multiplicité : de lieux d’une part (à Lyon, ailleurs en France et au Québec), de temps d’autre part (on a beau faire des progrès, la France et le Québec sont toujours décalés horaires). Bref, un bel exemple de travail collaboratif. Qui a dit que les chercheurs ne savaient rien faire ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *