PAF ou VDM ? J’hésite…

CC BY 2.0_FredericBISSON

« Imprimerie ancienne »
CC BY 2.0 Frédéric BISSON

Ça faisait longtemps, revoilà les « Presses Académiques Francophones » (PAF, ça ne s’invente pas) à la charge. Depuis plusieurs années, cet « éditeur » harponne les chercheurs pour leur proposer de publier « travaux de fin d’études sous forme de livres reliés brochés ». Et depuis plusieurs années, de nombreux laboratoires, universités, bibliothèques académiques mettent en garde les chercheurs sur cette forme d’auto-publication. Pour résumer, comme VDM Verlag (ça ne s’invente pas non plus…) et les Éditions Universitaires Européennes, il s’agit en réalité d’imprimeurs. Le billet du blog des BU de Nice à ce sujet résume parfaitement la situation : passer par PAF ou VDM pour avoir une jolie version de son travail imprimée de manière professionnelle, pourquoi pas mais espérer valoriser ses résultats de recherche et les rendre crédibles via ce canal, non !

Les mentions légales situées en signature du message, son ton solennel, la perspective d’intégrer le catalogue Amazon conjugés, probablement, au fait qu’on s’intéresse à leur travail font que, malheureusement, certains chercheurs et jeunes diplômés répondent favorablement à la sollicitation.

Voilà donc ci-dessous le Nième message de ces bienveillants imprimeurs reçu ce matin et, intercalée et en italiques, ma réponse.

« Chère Madame,
Chère Madame Poirier,

Grâce à la bibliothèque de votre université j’ai pris connaissance du fait que vous êtes l’auteur de l’ouvrage «L’analyse de corpus et la génération automatique de texte» publié en 2003.
Je suis heureuse que ce noble établissement vous ait permis d’accéder à ma thèse. Comme quoi, les bibliothèques sont encore utiles de nos jours. 

Notre maison d’édition s’apprête à publier plusieurs œuvres sur ce même thème et je me permets de venir vers vous pour une éventuelle collaboration avec à la clé la publication de votre ouvrage chez nous. La maison « Presses Académiques Francophones » publie et commercialise depuis des années des travaux de fin d’études sous forme de livres reliés brochés.
Quel honneur vous me faites ! Si un jour on m’avait dit qu’un éditeur s’intéresserait à ma thèse et me proposerait une collaboration ! Car quand vous dites « maison », il s’agit bien d’une maison d’édition n’est-ce-pas ? Auriez-vous la gentillesse de me préciser quelles sont ces « œuvres sur ce même thème » ? Ça m’intéresse.

À cet effet, nous venons vous proposer nos services de publication afin de rendre votre travail disponible chez les plus grands diffuseurs mondiaux, dont les librairies en ligne tels qu’Amazon.
Cette thèse, qui date d’il y a plus de 10 ans, m’a permis de décrocher mon doctorat mais, entre nous, je suis plutôt bien placée pour dire qu’elle n’a pas révolutionné les sciences de l’information. Et bien franchement, Alexandra, si j’avais envie de la rendre disponible, je le ferais sous forme numérique : il existe aujourd’hui des plateformes spécialement destinées aux chercheurs qui leur permettent de diffuser simplement et très largement leurs travaux. Et vous savez quoi ? en plus, c’est gratuit ! Mais comme vous travaillez dans le domaine de l’édition et de la diffusion de travaux académiques, vous devez connaître.

Si cette coopération vous intéresse, je vous serai reconnaissante de bien vouloir me confirmer votre intérêt afin que je puisse vous envoyer une brochure détaillée par courriel.
Pour tout dire, cette coopération ne m’intéresse pas mais, par curiosité, j’hésite à vous demander tout de même votre brochure détaillée. Je suis certaine que sa lecture serait très instructive !

Au plaisir de vous lire très bientôt.
Je ne doute pas que vous brûliez de me lire. Je vous invite donc à consulter les articles que j’ai déposés sur HAL. Ah, et une petite remarque pour finir : titiller le côté narcissique des chercheurs, c’est petit, comme technique. Et en plus ça se voit !

Bien cordialement,
Alexandra Poirier
Lectorat
Avec mes salutations,
Stéphanie Pouchot
PS : pourriez-vous m’en dire un peu plus sur votre signature et cette énigmatique mention « Lectorat » ?

PRESSES ACADÉMIQUES FRANCOPHONES est une marque déposée de AV Akademikerverlag GmbH & Co. KG
Adresse: Heinrich-Böcking-Str. 6-8, D-66121, Sarrebruck, Allemagne.
E-mail: a.poirier (at) presses-academiques. com Site web: www. presses-academiques. com
Inscrite au registre du commerce du tribunal d’instance de Sarrebruck sous le numéro HRA 10356 Numéro d’identification (Verkehrsnummer): 13955 Associé responsable: VDM Management GmbH
Administrateur: Thorsten Ohm (PDG)« 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 01/04/2015

    […] par vous-mêmes sur les sites des bibliothèques de l’ULB, celles de Nice, ce blog de recherche, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *