On tient le bon bout (de l’année universitaire)

Une des idées reçues concernant le métier d’enseignant-chercheur a la vie dure : celle du fameux « entre mai et octobre tu es en vacances, non ? »

Et bien… NON.

Côté enseignement, juin est le moment des derniers cours à boucler, des examens (dont les sujets ne se préparent pas tout seuls, les copies ne s’auto-corrigent pas et les notes ne se transfèrent pas automatiquement par téléportation dans le système), le suivi de travaux de fin d’études, les soutenances, les jurys… Côté administration, c’est l’heure des admissions, des recrutements de vacataires et de l’élaboration de plannings. Et, outre les activités courantes, côté recherche, il y a bien sûr des deadlines à respecter, tant pour la soumission d’articles que pour les demandes de financement.

Et juillet qui arrive à grands pas de me donner encore l’impression d’être le lapin d’Alice au pays des merveilles


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *