Chasse aux fantômes

Depuis ce début d’année, un mot apparaît de plus en plus régulièrement dans les médias : ghostwriter. Un anglicisme bien plus élégant que le terme français, passablement connoté et utilisé dès 1757 pour désigner les « écrivains sous-traitants ».

Si le mot n’est pas nouveau, les scandales liés à cette pratique ne le sont pas non plus. L’un des cas (avéré) les plus illustres remonte au XIXème siècle avec le procès opposant Alexandre Dumas à son écrivain fantôme, Auguste Maquet. Alors pourquoi le sujet est-il à nouveau sous les projecteurs ?

The Ghost Writer, un film de Polanski (2010)

The Ghost Writer, un film de Polanski (2010)

Quand la réalité rattrape la fiction

Premièrement, cette pratique, généralement associée aux créations littéraires et à une poignée « d’auteurs » en panne d’inspiration et/ou de talent, s’est généralisée, le tabou semble en partie levé.

Vous avez besoin de notes pour une présentation ? Vous devez préparer un discours pour le mariage de votre meilleur ami ? Pas de problème, engagez un ghostwriter ! Mais, plus grave, la pratique touche également le milieu académique. Première en Suisse, une étudiante de l’université de Genève a été reconnue coupable de fraude pour avoir fait appel à un ghostwriter. Et le cas ne semble pas isolé, comme le révèle cet article qui cite le directeur d’une agence de ghostwriting annonçant qu’en 2015, plus de 200 étudiants en Suisse auraient fait appel à son agence pour rédiger leurs travaux.

 

Un nouveau business

Car c’est bien là aussi que réside la nouveauté, il suffit d’effectuer une rapide recherche sur le web pour trouver une agence proposant ses services. Les offres sont explicites et décomplexées : moyennant une certaine somme d’argent, un spécialiste recruté par l’agence et titulaire d’un Master ou d’un doctorat rédige le corps ou l’entièreté de votre mémoire. Les prix varient en fonction de l’importance et de la complexité du travail mais ils oscillent entre 1’000 euros pour un travail de 50 pages et… 10’000 CHF pour une thèse de master. La question de la légalité de ces agences se pose mais la réponse, d’une agence à une autre est toujours la même : on propose un service, l’utilisation à des fins frauduleuses relève de la responsabilité de l’étudiant…

Que faire ?

Il faut bien différencier la problématique du plagiat de celle des ghostwriters. Pour lutter contre la première, les universités et HES ont mis en place plusieurs systèmes, notamment le recours à des logiciels dédiés. En ce qui concerne les ghostwriters, le cas est plus complexe et les solutions plus limitées. Voici quelques pistes :

  • Prévenir

Un travail de sensibilisation et d’information autour de la problématique doit être entrepris. Par exemple développer et mettre l’accent sur ce point dans les règlements et les directives des travaux ou lors de séances d’information/d’aide aux étudiants.

  • Détecter
  1. Tout comme il existe des logiciels permettant de détecter le plagiat, de nouveaux outils en matière de détection de fraude sont en voie de développement. Un logiciel pilote qui analyse et compare le style des auteurs est testé depuis le début de l’année par la HES-SO.
  2. Bien connaître ses étudiants. Peut-être encore la technique la plus efficace. Bien sûr, la tâche devient difficile, voire impossible lorsqu’ils sont trop nombreux.

La réalité du monde du travail fait que les étudiants sont de plus en plus pressés par le temps et que les recruteurs se basent en grande partie sur le nombre et le niveau des titres obtenus. La question pour l’étudiant est de savoir si l’objectif est d’obtenir un titre ou d’acquérir des compétences ? D’autant plus que les cas de fraude finissent généralement par être découverts, parfois même après l’obtention du diplôme.

Le phénomène est certes important mais il faut sans doute relativiser son ampleur compte tenu des coûts : tous les étudiants ne peuvent bien sûr y recourir. Il s’agit encore vraisemblablement de cas isolés et si les professeurs continuent à exercer leur métier avec passion et, notamment, à proposer des modes d’évaluation pertinents, l’envie d’apprendre des étudiants devrait rester plus forte que celle de faire appel à une agence. Dans un monde académique idéal, le rapport à l’éducation et à l’apprentissage se fonde sur une relation de confiance réciproque étudiants-professeurs, basée en grande partie sur l’honnêteté intellectuelle.

L’ampleur des moyens mis en œuvre par des entreprises peu scrupuleuses afin de profiter de la faiblesse de certains étudiants est inquiétante mais la balance semble toujours peser du côté de l’intégrité et d’un travail honnête. Pour combien de temps et comment maintenir la confiance ?…

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *