Lecture numérique et (iP)ad(o)s

7118776943_33279e65d0_z

Crédit photo : Sean MacEntee. CC BY 2.0

Rafael et moi avons monté et donné une journée de formation continue pour les bibliothécaires du Cycle d’orientation du Canton de Genève sur « Lecture numérique et applications mobiles en bibliothèque pour les publics adolescents« . Bien qu’il y ait beaucoup à dire sur le sujet, nous n’évoquerons pas ici les aspects liés à ce type particulier d’enseignement, souvent imposé, destiné à des personnes en emploi dont certaines prennent plus ou moins bien le fait de retourner « sur les bancs de l’école ».

Tenant compte des niveaux hétérogènes des participants, nous avons traité de quatre grandes thématiques pendant cette journée :

  • La lecture à l’écran en général (notamment en citant les travaux de C. Bélisle) et plus particulièrement pour les enfants (en faisant largement référence aux recherches de S. Tisseron).
  • L’équipement et les habitudes culturelles de la fameuse « génération Y » (en nous appuyant sur les résultats de l’étude JAMES, Jeunes Activités Médias – Enquête Suisse).
  • Les aspects techniques et bibliothéconomiques de la lecture numérique (matériel, formats, DRM, traçage, plateformes, contenus, logiciels de gestion de ebooks…).
  • Les actions de médiation possibles en bibliothèque autour des liseuses et tablettes.

En ces temps de restrictions budgétaires s’est bien sûr posée la question des financements nécessaires à la mise en place d’une offre de ebooks ou d’actions de médiation dédiées à/mobilisant ces contenus. Nous nous sommes attachés à présenter un maximum de solutions gratuites ou peu coûteuses qui nécessitent toutefois bonne volonté, temps d’adaptation, motivation et créativité.

Ainsi, il a été fait référence aux nombreuses plateformes offrant de télécharger gratuitement des ebooks libres de droits ou issus du domaine public, dont :

Il y en a bien sûr beaucoup d’autres et la qualité des fichiers et des textes (formats, typographie, graphisme, traduction…) peuvent varier selon les plateformes. Le site bibliofrance.org propose une carte heuristique permettant de se repérer dans l’offre (libre et commerciale) de ebooks sur le web. Côté applications pour enfants et adolescents, deux sites désormais de référence permettent de faire un choix éclairé : Déclickids et La souris grise.

CalibreboxSe procurer les contenus constitue une première étape. Suivent la gestion, le partage et la valorisation de ces ressources.  À nouveau, il existe des outils gratuits tels que Calibre, un logiciel libre et open-source qui permet de gérer sa bibliothèque de ebooks, ou à prix raisonnables comme la BiblioBox. Cette dernière génère un réseau et offre la possibilité aux usagers d’accéder aux ressources numériques et de le les télécharger directement sur leur smartphones ou tablettes sans se connecter à Internet.

L’intérêt pour la e-lecture commence à se manifester en milieu scolaire en Suisse. Un plan directeur en fixe d’ailleurs le cadre pour l’Etat de Genève. A notre sens, la période actuelle est particulièrement intéressante car, justement, tout est à inventer, mettre en place. Après avoir proposé aux participants un atelier créatif sur les animations autour des ebooks, applications et dispositifs de lecture mobiles, nous avons donné quelques pistes de médiation et valorisation possibles. En voici quelques unes qui nous semblent adaptées/adaptables au contexte scolaire :

Et au delà de ces aspects très concrets, certains participants se sont interrogés sur le rôle des bibliothèques et bibliothécaires dans l’accès à des contenus etno-phone-300x300 dispositifs numériques. Faut-il encourager les jeunes usagers à découvrir, utiliser et à s’approprier ces ressources et dispositifs alors que l’environnement pédagogique dans lequel ils évoluent lutte parfois pour les en préserver ?

Un élément de réponse se trouve dans la 3ème édition des normes pour bibliothèques scolaires :

Le passage à l’ère numérique pose de nouvelles exigences aux bibliothèques scolaires et demande un suivi constant des développements dans ce domaine par leurs collaborateurs. De nouvelles formes d’enseignement et d’apprentissage doivent être possibles dans les bibliothèques scolaires. […] les compétences informationnelles  ne peuvent être acquises que si la bibliothèque met à disposition différents types de documents et de ressources électroniques. Ainsi, les avantages et les inconvénients des uns et des autres peuvent être expérimentés, de même qu’une utilisation, combinée ou non, la plus efficiente que possible.

Ce rapport va même encore plus loin :

Les tablettes offrent un accès attractif au monde de l’information et à des formes d’apprentissage souples. L’introduction de ces appareils dans la bibliothèque scolaire est recommandée.

Ainsi, désormais, la question du « numérique ou pas » semble ne plus se poser : il ne s’agit plus de se demander si mais comment… Les bibliothécaires scolaires ont un vrai rôle à jouer dans l’accompagnement à l’appropriation de ces outils et l’exploitation des potentialités offertes, tout en alertant, bien sûr, sur leurs limites, restrictions et travers.

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *