J’assiste donc je tweete

J’ai récemment participé à la 3e Biennale du numérique à l’enssib, consacrée cette année aux métiers du livre face au numérique. Le pad proposé par les organisateurs a eu un succès mitigé : beaucoup de connectés anonymes, prise de notes assez peu assidue (note : tiens, je découvre d’ailleurs qu’il a été vidé de son contenu : les notes seront visiblement retravaillées et diffusées « prochainement »).
biennum2Les participants (env. 200 inscrits) se sont plutôt concentrés sur Twitter où de nombreux messages ont été postés tout au long de la manifestation : retranscriptions de propos de conférenciers, commentaires, échanges, liens… A la fin de la première journée, le hashtag #biennum a même pris place dans les twitter trends de la région lyonnaise.

Mais finalement, tout ça pour quoi ? Un étudiant du Master IS avait déjà posé la question il y a plusieurs mois dans un billet de blog que j’avais commenté en tentant d’apporter quelques éléments de réponse. Et au fond, qui sont ces twittos accro au live-tweet ? Christian Marcon, enseignant chercheur à l’IAE de Poitiers propose un essai de typologie du « live-tweeteur » : l’altruiste souhaitant partager des informations importantes, le participant qui s’ennuie, celui qui veut « montrer qu’il y était » et celui qui juge en direct. Un petit panorama à découvrir et commenter sur son blog.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *