Tous accros…

Le midi AGBD d’hier a convié Béatrice Perret Anadi et Herbert Staub pour la présentation d’Accrobiblio/BiblioFreak. Derrière ce nom aussi accrocheur que mystérieux se cache une campagne nationale de communication lancée en avril dernier destinée à faire connaître et rendre accessibles les activités des bibliothèques suisses. Pour résumer, il s’agit d’aider les bibliothèques à accroître leur visibilité, tant auprès des publics que des tutelles et des financeurs. Car, c’est vrai, malheureusement, certains perçoivent encore les bibliothèques comme de basiques entrepôts de livres pas franchement utiles… Inspirée de l’initiative étasunienne Geek the library, Accrobiblio tente de rectifier cette perception évidemment en décalage avec les réalités.

accro biblio

Le principe est simple : la campagne fonctionne en donnant la parole à des « ambassadeurs », de vrais lecteurs qui expliquent en quoi leur bibliothèque leur est utile. Les déclarations sont rassemblées en ligne, sur le site web et sur la page Facebook. Côté « vie réelle », un ensemble de visuels et divers objets (flyers, affiches, signets, sacs, t-shirts…) peuvent être utilisés. La charte graphique noire, rouge et blanche et l’accroche sont facilement reconnaissables.

La campagne est soutenue par l’Office fédéral de la culture, la Conférence suisse des bibliothèques cantonales et différentes associations professionnelles et fondations. La participation est gratuite pour les bibliothèques, quelle que soit leur taille : il leur suffit de s’inscrire via un formulaire en ligne. Visibilité après des non-publics et des organes de financement, mise en place et consolidation d’un lien affectif avec les usagers, création d’une communauté en ligne, rassemblement des équipes autour d’un projet commun original et ludique, renforcement des liens avec les autres bibliothèques du réseau, etc. : les avantages et retombées sont nombreux. Aujourd’hui, pourtant, seules 300 des 6000 bibliothèques suisses sont impliquées. Je soutiens très vivement ce genre d’initiative qui, par effet de ricochet, devrait également avoir des effets positifs sur l’image et les inscriptions dans les filières de formation en information documentaire et sciences de l’information. Je ne manquerai pas de guetter le bilan qui sera dressé à l’issue de la campagne, prévue pour 2 ans.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *