Listes, inventaires, catalogues…

De_LArgile_Au_Nuage_Affiche-cadree

Depuis l’entrée du site Bastions de la Bibliothèque de Genève (BGE), de petites fiches blanches disséminées sur le sol guident les curieux jusqu’à l’exposition DE L’ARGILE AU NUAGE : Une archéologie des catalogues. Montée conjointement avec la Bibliothèque Mazarine de Paris, cette exposition coincide avec la fin annoncée pour 2016 d’un long travail d’informatisation des fiches bibliographiques du catalogue général de la BGE datant de 1903.

 

Bibliotheque_de_geneve_5514_630

(BGE/Stéphane Pecorini)

Au dessus des nuages
Passées les portes de l’exposition, le visiteur est pris par l’ambiance feutrée : fenêtres tapissées et lumière tamisée. Disposées en rangées de pupitres, les vitrines font face à un mur de fiches, symbolisant le nuage ou le cloud vers lequel s’envolent les notices bibliographiques. Difficile de ne pas penser à une église. Le cloud comme symbole de résurrection des catalogues anciens ou sacrifice d’un savoir-faire des bibliothèques sur l’autel du numérique ? Libre aux visiteurs d’interpréter le choix des scénographes.

 

photoUn long chemin
Les véritables idoles se trouvent dans les vitrines organisées par thématiques. Des documents qui couvrent plus de 4000 ans d’histoire. En quelques pas le visiteur passe d’une tablette d’argile aux inventaires du Moyen-âge, des bibliographies commerciales du XVIIIème à une liste de livres recopiée sur les pages vierges d’un dictionnaire latin du IXème siècle. Un parcours à travers le temps qui ne peut laisser indifférent. Tour à tour, le visiteur est surpris et amusé en découvrant le catalogue inscrit au dos de cartes à jouer, ancêtre du catalogue sur fiches, et fasciné devant les textes fondateurs de la bibliothéconomie tel que l’Advis pour dresser une bibliothèque de Gabriel Naudé, 1627.

Bien plus que des reliques
En quittant les lieux, le visiteur réalise que l’exposition ne peut se résumer à une simple sélection de documents anciens. Le fait de classer, de catégoriser est un geste millénaire : l’être humain dresse des listes pour organiser le chaos en ensembles répondant à des critères définis. Au delà du support et du contenu, à travers cette « archéologie des catalogues » c’est donc aussi l’histoire de l’écriture, des bibliothèques, de l’organisation de la pensée et du savoir dont il est question. Une visite à ne pas manquer !

Exposition du 18 septembre 2015 au 21 novembre 2015
Lundi-samedi 12h-18h


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *